Et la confiance bon sang …. !

Dans la presse de ce matin du 11 mai de nombreux articles sur le télétravail, à nouveau !

Ceux qui en pointent les bienfaits, ceux qui au contraire en montrent les limites.

Comme toujours avec l’être humain, la mesure est compliquée. Nous devons être pour ou contre !

Parmi les remarques empruntes d’un certain bon sens, « le télétravail doit rester une liberté » ce que nous dit Julia de Funès car sa finalité est « de lever certaines contraintes ».

Liberté ou volontariat du salarié mais aussi de l’employeur afin qu’il ne soit pas subit par l’une ou les deux parties !

Dans la presse de ce matin du 11 mai de nombreux articles sur le télétravail, à nouveau !

Ceux qui en pointent les bienfaits, ceux qui au contraire en montrent les limites.

Comme toujours avec l’être humain, la mesure est compliquée. Nous devons être pour ou contre !

Parmi les remarques empruntes d’un certain bon sens, « le télétravail doit rester une liberté » ce que nous dit Julia de Funès car sa finalité est « de lever certaines contraintes ».

Liberté ou volontariat du salarié mais aussi de l’employeur afin qu’il ne soit pas subit par l’une ou les deux parties !

Si nous en acceptons l’augure, quelles en sont ses intrications ?

Nous en voyons trois principales, motivation, organisation, confiance qui pourraient être les mots clés du bureau à la maison pour reprendre le titre d’un article du figaro.

Chacun comprendra l’importance de trouver du sens pour se motiver, de savoir s’organiser pour ne pas se démotiver, d’être en phase avec son employeur pour éviter le cauchemar d’un management dénaturé de sa substance !

Dans la théorie, le Management participatif et la confiance sont devenus les mantras de nombre d’organisations, dans les faits le reporting, le process et le contrôle règnent en maître, asphyxiant la créativité, l’énergie et l’autonomie pour tant de salariés que le télétravail a permis de libérer durant le confinement. Les nombreuses enquêtes réalisées durant ces deux derniers mois les ont mises à jour.

En effet, dans l’urgence du confinement, les entreprises ont dû laisser beaucoup plus d’autonomie et de responsabilité aux salariés, entrainant rapidité d’exécution et agilité au quotidien (pour reprendre un terme à la mode dans le jargon des écoles de management), ce que montre l’exemple des banques ayant accordées 350 000 prêts aux entreprises dans un très court délai.

Si le télétravail devait s’installer définitivement dans la paysage Français, parmi les questions à aborder sérieusement, celles concernant le management et son sens sont à n’en point douter incontournables. Par voie de conséquence, celle du devenir du millefeuille managérial dont la bureaucratie publique mais aussi privée est si friande (pesante ?) !

Confiance plus que « flicage », résultats plus que le process, tels doivent être les points de passage du management des équipes à distance. Guider, donner du sens et de la vision sont les compétences requises pour l’homme incarnant cette approche.

Rien de nouveau sur le fond, ce qui le serait réellement c’est le passage à l’acte ! Il serait temps…

Pour conclure sur le télétravail à l’heure de la reprise d’activité, afin de calmer les ardeurs des uns et des autres, ne basculons pas dans une vie professionnelle à distance qui deviendrait définitivement désincarnée. L’être humain a besoin de sociabilité, de « sentir l’autre », de le « toucher » (le bras, la main, la bise du matin…), des discussions informelles qui créent le lien humain pour résoudre plus simplement les problèmes du quotidien. Un « télécafé », un « séminaire digital » ne se substitueront jamais à la présence physique au même moment et dans un même lieu, lit de la dynamique de groupe, lui-même un des carburants essentiels de la motivation.

C’est dans la rencontre humaine qui fait sens et donne envie que se puise l’énergie des managers dont on dit qu’ils ont un vrai leadership !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *